Foire aux questions (FAQ)

Notre section FAQ répondra aux questions les plus courantes sur l’outil de cartographie des financements.

N’hésitez pas à nous contacter à travers le formulaire si vous souhaitez en savoir plus sur l’outil.

Aide / Ressources

Cet outil est standardisé afin de permettre aux pays de procéder à l’analyse cartographique eux-mêmes ou avec très peu d’assistance. Le guide et les modèles sont disponibles gratuitement sur le site Web en trois langues (anglais, français et espagnol). D’autres documents de formation seront disponibles en ligne prochainement.

L’Institut européen de la forêt dispose de ressources limitées pour fournir un appui technique aux pays dans leur utilisation de l’outil. Cependant, nous soutenons une communauté de pratique, tirons des leçons de nos expériences et proposons une formation sur mesure. Nous améliorerons également l’outil au fil du temps afin d’aider nos utilisateurs et de leur permettre d’effectuer eux-mêmes l’analyse cartographique.

Les ressources nécessaires varient considérablement en fonction du périmètre de la cartographie et des secteurs considérés, ainsi que de l’aisance à collecter les données et l’engagement des intervenants. En moyenne, un exercice de cartographie dure de 9 à 15 mois.

La taille de l’équipe dépend des compétences de ses membres, ainsi que du niveau d’adhésion et d’implication des principaux intervenants qui peuvent aider à accéder aux données et à les interpréter. Certaines sources majeures de données, comme les ministères, peuvent nécessiter l’affectation d’un personnel interne spécialisé pour les aider dans leur travail. Voir le
Module 1 pour plus d’informations sur les ressources nécessaires.

Méthodologie

  1. Regardez notre webinaire de présentation.
  2. Consultez le guide complet de l’outil et les modèles éditables.
  3. Définissez les objectifs de la cartographie et rédigez une première ébauche du périmètre de l’analyse. Un cadrage minutieux permettra d’économiser du temps et des ressources (voir le Module 1).
  4. Identifiez les bons partenaires. Vous devez définir qui doit être impliqué, pourquoi, quand et comment, en fonction du périmètre envisagé et des données à recueillir (voir le Module 2).

Le suivi des financements privés constitue un défi pour la plupart des pays, car les données relatives à ces financements sont très fragmentées. Vous pouvez utiliser des approches ascendantes pour la collecte de données, mais la collecte et l’agrégation des données prennent beaucoup de temps et sont difficiles. Il peut être souhaitable de réduire le périmètre de l’analyse en termes de secteurs ou de parties prenantes. Vous pouvez également utiliser des proxies pour estimer les flux d’investissement. Voir le Module 5 pour un aperçu des méthodes de collecte de données relatives aux financements privés.

De plus amples informations sur les méthodes de collecte de données et informations privées seront bientôt mises à votre disposition.

Le suivi des activités d’utilisation des terres alignées sur le climat peut améliorer la compréhension globale de l’ampleur du financement prévu ou fourni pour réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts. Cependant, il peut s’avérer très utile de cartographier les flux financiers qui peuvent être à l’origine de la déforestation et/ou de la dégradation des forêts. Cet exercice vous permettra d’identifier les possibilités de réorienter les flux financiers existants vers l’atteinte d’objectifs forestiers ou climatiques et d’assurer une plus grande cohérence politique. Voir le Module 8 pour plus d’informations sur la façon dont vous pouvez utiliser ces résultats.

La cartographie des financements liés à l’utilisation des terres peut comporter l’une ou l’autre de (ou toutes) ces catégories suggérées en fonction de l’objectif de l’analyse. La typologie des activités d’utilisation des terres est élaborée à l’échelle locale pour refléter le contexte local – il ne s’agit pas d’une approche standard. C’est pourquoi une activité peut être considérée comme alignée dans un pays et pas dans un autre. La typologie doit se fonder sur un consensus entre les parties prenantes de l’utilisation des terres. Le Module 2 fournit des détails sur l’engagement des parties prenantes et le Module 3 explique les différentes étapes du développement d’une typologie.

Une forte implication des parties prenantes est essentielle pour garantir l’accès aux données ainsi que l’appropriation des résultats de l’étude. Les motivations varient d’un acteur à l’autre. Il est important d’identifier des mesures incitatives pour chaque catégorie d’intervenants dans le cadre du plan d’engagement des parties prenantes (voir le Module 2). Par exemple, les ministères compétents pourraient vouloir plaider en faveur d’une revue à la hausse de leur budget en démontrant la nécessité d’une augmentation des financements liés au climat et aux forêts. Le ministère des Finances pourrait vouloir accroître l’efficacité de l’exécution du budget national. Les acteurs des secteurs à l’origine de la déforestation sont peut-être les plus réticents au début, mais une telle analyse pourrait également permettre de valoriser leurs efforts ou de plaider en faveur d’investissements accrus dans l’alignement de leurs interventions.

Les inquiétudes concernant la confidentialité des données peuvent constituer un obstacle à l’accès aux données pour la cartographie des financements liés à l’utilisation des terres. Pour des raisons de confidentialité et de sensibilité des données, seules les données agrégées sont communiquées dans les rapports publics et les infographies, et après leur validation par les sources de données. Des accords de confidentialité peuvent être signés avec des sources de données spécifiques en cas de besoin.

Les principaux défis à relever sont généralement la disponibilité, l’accès et la qualité des données. La collecte des données prend beaucoup de temps et un bon niveau de détail est essentiel pour présenter un aperçu représentatif et cohérent de la situation. Toutefois, la cartographie des financements liés à l’utilisation des terres n’a pas pour but de dresser un tableau parfaitement exact de la situation. Il identifie plutôt les tendances et les priorités d’action afin d’encourager ou d’influencer les politiques et les flux d’investissement.

Le Module 7 a été conçu pour vous aider à élaborer une base de données solide et à vous familiariser avec les différents formats et options de représentation des résultats, tels les diagrammes de Sankey, les graphiques circulaires, les tableaux pour l’analyse qualitative et quantitative, etc.

Le Manuel pour l’élaboration de diagrammes de Sankey vous propose un guide détaillé pour produire ce type de représentations graphiques des flux financiers. Vous trouverez également des informations sur différents outils informatiques que nous avons testés et qui vous seront sans doute d’une grande utilité pour l’élaboration de diagrammes de Sankey.

Usages stratégiques

La cartographie des financements liés à l’utilisation des terres permet de déterminer quels flux financiers sont alignés, alignés sous conditions ou non-alignés sur les objectifs climatiques et forestiers. En identifiant les lacunes et les obstacles aux investissements durables, la cartographie des financements liés à l’utilisation des terres peut éclairer les politiques visant à mobiliser des ressources supplémentaires et à créer des incitations aux investissements respectueux des forêts et du climat. En identifiant et en quantifiant les flux financiers qui favorisent la déforestation, la cartographie des financements liés à l’utilisation des terres peut servir de base à la coordination intersectorielle et à l’intégration des objectifs forestiers et climatiques dans les politiques sectorielles pertinentes. Par exemple, les résultats de la cartographie des financements liés à l’utilisation des terres en Côte d’Ivoire ont servi de base aux efforts du Ministère du Plan et de Développement pour intégrer les garanties forestières dans la programmation budgétaire.

Le Module 8 offre un aperçu de l’utilisation potentielle des résultats.

Le suivi périodique permet d’améliorer la redevabilité et de créer un climat de confiance avec les partenaires. Le suivi des flux financiers au fil du temps peut également apporter une contribution utile au rapportage à l’échelle internationale. Si vous prévoyez de cartographier fréquemment les financements liés à l’utilisation des terres, vous devez porter une attention particulière à l’élaboration de mécanismes qui peuvent faciliter la collecte périodique de données, comme le marquage budgétaire ou le rapportage national. Vous devez également mettre en place une base de données ou un système d’information solide qui peut consolider efficacement les données au fil du temps.

Oui, si vous pouvez recueillir des données suffisamment détaillées ou reconstituées pour établir un tel lien. La plupart des exercices de cartographie des financements liés à l’utilisation des terres se limitent à la caractérisation des flux financiers par rapport aux résultats escomptés, tels que décrits dans la documentation des projets. Des informations supplémentaires sur l’impact et les bénéficiaires finaux des projets ou de lignes budgétaires spécifiques (tirés des rapports d’évaluation) peuvent être utilisées si elles sont disponibles. Toutefois, ces informations supplémentaires pourraient n’être disponibles que quelques années après les dépenses liées au projet.

À l’origine, Climate Policy Initiative (CPI) a développé la cartographie des financements pour assurer le suivi des engagements financiers globaux liés à l’action climatique. Depuis, cette approche a été adoptée et développée pour aider les pays et les juridictions à comprendre leur horizon financier dans des secteurs d’intérêt spécifiques. Certains pays, comme l’Indonésie, ont déjà cartographié les financements climatiques dans l’ensemble des secteurs de leur économie.

Cet outil fournit des orientations spécifiques pour l’utilisation des terres et pour les secteurs qui y sont liés afin d’appuyer les pays dans leurs efforts pour atteindre leurs objectifs forestiers et climatiques.